Les grands enjeux du territoire transfrontalier

Plusieurs enjeux transfrontaliers, articulés autour de la qualité énergétique de l’habitat, animent les actions menées par EcoTransFaire. Le premier enjeu est étroitement lié aux techniques de construction mises en œuvre par le passé et concerne tout le périmère du projet.

Ainsi, le parc immobilier bâti dans la seconde moitié du XXème siècle se révèle peu efficient du point de vue énergétique, notamment à cause des techniques de construction qui ont été utilisées à l’époque, telles que les dalles en béton ou les blocs agglomérés mis en œuvre sans isolants alors que l’énergie était peu chère. EcoTransFaire a donc souhaité mettre en place un secteur de l’écoconstruction et de l’écorénovation qui soit compétitif et performant, afin de permettre aux habitants de vivre dans des maisons énergétiquement efficaces.

Trop peu de logements

Ensuite, le patrimoine bâti dans le bassin transfrontalier se montre insuffisant et inadapté aux besoins de la population. La taille des logements disponibles ne correspond plus à la taille des ménages. De plus, les logements existants, même s’ils ont été construits dans la 2ème partie du XXème siècle, nécessitent déjà d’importants travaux de réhabilitation.

Une charge énergétique trop importante

Par ailleurs, en raison du dynamisme économique du Grand-Duché, les coûts du logement s’envolent. Ce dernier constitue une part de plus en plus importante du revenu des ménages. De plus, la population moins aisée doit alors se déplacer en milieu rural et accroitre ainsi ses coûts de transport. Parallèlement la charge énergétique des logements moins performants ajoute de la gêne et contribue à augmenter la précarité de ces populations déjà fragilisées. Même au Luxembourg, au sein des 25% de la population la moins aisée, la charge du logement atteint les 30%. Grâce à une rénovation de haute qualité – l’objectif poursuivi par EcoTransFaire –, ces personnes fragilisées pourraient réinjecter 20 à 30% de leurs revenus dans d’autres domaines, afin de mener une vie plus confortable.

Une société à deux niveaux

Enfin, dans la région, les écarts de revenus sont très importants. En effet, sur les trois pays, il existe des personnes formées et qualifiées qui travaillent le plus souvent sur le bassin luxembourgeois. À l’inverse, d’autres personnes, peu à très peu qualifiées, se retrouvent plus facilement sans emploi. L’idée développée par EcoTransFaire consiste à voir comment, sur le principe de l’écorénovation et de l’écoconstruction, les personnes peu formées peuvent être intéressées par ces domaines et y (re)trouver du travail. L’enjeu principal d’EcoTransFaire aujourd’hui consiste à remettre cette frange de la population sur le marché du travail, afin d’éviter tous les problèmes sociologiques et économiques que l’exclusion peut engendrer.

Jeanne Renauld