rond1v1PILIER 1 : ENTREPRISES

Des TPE et des PME économiquement plus fortes ensemble

Résolument axé sur la mise en place des grappes d’entreprises sur les trois territoires concernés par le programme Interreg IVA EcoTransFaire, le Pilier Entreprises a deux obsessions : activer la mise en réseau des PME et des TPE et soutenir leur montée en compétence.

Qui dit «petite», voire «très petite entreprise» dit souvent faibles moyens affectés à la structuration. Ou encore « objectifs commerciaux moins ambitieux ». Aider ces petites entreprises, c’est ce qui est résolument inscrit dans l’ADN du Pilier Entreprises d’EcoTransFaire.
Le contact du Pilier 1 : Abdelhafid Loughlimi

UN MEILLEUR ACCÈS AU MARCHÉ

«Les entreprises que nous épaulons à travers EcoTransFaire sont trop petites pour jouer seules sur ces marchés », commence Abdelhafid Loughlimi, chef de file du Pilier Entreprises, chargé de Mission du département de Meurthe et Moselle.
Résultat des courses : ces entreprises n’ont ni le temps, ni la structure, ni même les compétences pour s’aventurer seules sur ces terrains… L’idée est donc venue aux initiateurs d’EcoTransFaire de mettre ces PME et ces TPE en réseau pour leur permettre de répondre plus facilement ensemble à une demande ; à des marchés plus importants. Dès 2013 et surtout durant toute l’année 2014, le Pilier Entreprises s’est donc attaché à rassembler, au sein d’un même groupe, des maîtres d’œuvre, des architectes, des techniciens, des électriciens, des chauffagistes, des plaquistes…

Bref, tous les corps de métier nécessaires à l’obtention d’un marché. « Cela va leur permettre de bénéficier d’une réduction des coûts, d’un meilleur accès au marché, d’une mutualisation des moyens et enfin, d’assurer une meilleure coordination sur le chantier », poursuit Abdelhafid Loughlimi.

MONTER EN COMPÉTENCE

L’autre grand axe suivi par le Pilier Entreprises est celui de la montée en compétence.

Abdelhafid Loughlimi: « Nous sommes sur un tissu de petites entreprises, chacune étant portée par les connaissances du seul chef d’entreprise. Notre objectif est de permettre au personnel de ces entreprises de monter en compétence, d’en acquérir de nouvelles, bref de se développer dans l’écoconstruction et dans l’écorénovation ».

A terme, Abdelhafid Loughlimi a l’intime conviction que les entreprises aidées pourront établir des devis sur des délais relativement courts, se former plusieurs fois par an, chercher et trouver des incitations à la formation sur les écoconstructions, répondre en groupe à un appel d’offres en prenant soin d’établir un « gentlemen’s agreement » lorsque deux entreprises concurrentes décident de répondre ensemble à l’appel. Bref de savoir faire des choses qui étaient jusqu’ici hors de leur portée.

 Johan Debière

SE DÉCOUVRIR DANS UN CAR, RÉSEAUTER À NAMUR...

Pour amener les entreprises de Gaume, de Lorraine et du Grand-Duché à mieux se connaître, il était indispensable d’engager un travail d’animation qui dépasse les frontières. Un défi qu’EcoTransFaire a notamment relevé en amenant en car au départ d’Arlon les entreprises qui le souhaitaient jusqu’au salon Bois & Habitat, à Namur. Ou en organisant de visites de chantier.

Permettre à des entreprises partageant les mêmes aspirations et la même philosophie en matière de construction durable de se donner une visibilité, un tronc, une charte commune, c’est bien, mais la nécessité de les faire se rencontrer est elle aussi très vite apparue aux responsables d’EcoTransFaire.

UN CAR AFFRÉTÉ AU DÉPART D'ARLON

A l’occasion du salon Bois & Habitat 2015, un car a ainsi été affrété pour transporter les membres du sud de la province de Luxembourg, du Grand-Duché et de Lorraine qui le souhaitaient jusqu’à ce rendez-vous incontournable de la construction durable qu’est le salon Bois & Habitat de Namur.

« Au départ d’Arlon, les participants ont profité du trajet en car pour préparer leur visite. Ils ont chacun reçu un dossier comprenant un plan, la liste des exposants présents sur le salon, les experts en écoconstruction présents sur le salon avec leur présentation et la liste des conférences organisées ce jour-là », explique Laurence Bailly, mandatée par EcoTransFaire pour assurer le travail d’animation.

UN APÉRO DÎNATOIRE QUI A ENCOURAGÉ LES ÉCHANGES

Une fois arrivés sur le salon, les participants ont pu disposer leurs documentations et cartes de visites sur le stand commun d’EcotransFaire et du Cluster Ecoconstruction. Ils ont ensuite pu bénéficier d’une visite personnalisée au cours de laquelle l’animatrice a pu les guider en fonction de leurs besoins particuliers. Que ce soit à travers des discussions engagées avec des exposants ou à travers la participation aux conférences…, la journée fut particulièrement riche en échanges et en découvertes…

A la fin de la journée, tout le monde a été convié à un apéro dînatoire convivial en compagnie d’autres exposants experts en écoconstruction. « L’occasion pour nous d’encourager plus encore la création de connexions entre les grappes d’entreprises transfrontalières », conclut Laurence Bailly. Une expérience enrichissante que les participants ne manqueront sans doute pas de rééditer l’année prochaine.

UN REPAS BAGUETTE-CHARCUTERIE

Un autre exemple ? Le 26 février 2014, une visite d’un chantier de construction d’un habitat passif en ossature bois réalisé par l’entreprise Les Pépinières la Gaume et partenaire du projet a été organisée en France… à 500 mètres à peine de la frontière. Cette autre animation organisée par le cluster Ecoconstruction fut l’occasion d’analyser les tenants et aboutissants du chantier. Le tout dans une ambiance sympathique avec un repas à la française constitué de baguette, charcuterie et de bon vin amené par chacun.

Johan Debière

http://www.bois-habitat.be
http://www.pepiniereslagaume.be

Depuis 2012, les partenaires du projet ECOTRANSFAIRE développent des actions avec les professionnels de l’écoconstruction et de l’écorénovation. Suivez ici nos actualités ou consultez toutes les actualités.

Il n'y a aucun événement à venir.